Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Région du Sahel : Les populations hôtes et déplacées internes partagent les (...)

Région du Sahel : Les populations hôtes et déplacées internes partagent les bonnes pratiques d’un vivre-ensemble pacifique

LEFASO.NET

dimanche 7 février 2021

L’Union fraternelle des Croyants de Dori (UFC-Dori) a organisé le jeudi 4 février 2021 à Dori, un atelier sur la promotion des bonnes pratiques sur le vivre-ensemble. La rencontre a mobilisé les leaders communautaires et religieux issus des populations hôtes et les déplacés internes. Elle vise à les sensibiliser pour une coexistence réussie, dépourvue de préjugés au Sahel. La séance a été présidée par le colonel-major Salfo Kaboré, gouverneur de la région du Sahel.

Région du Sahel : Les populations hôtes et déplacées internes partagent les bonnes pratiques d’un vivre-ensemble pacifique

La région du Sahel est confrontée depuis les cinq dernières années à une crise sans précèdent avec l’accroissement des actes, comportements, manifestations et conflits violents occasionnant des pertes de vie. A ces pertes de vie s’ajoutent des dégâts matériels, des fermetures d’écoles et des centres de santé, des enlèvements de personnes, etc. Ces violences meurtrières ont imposé aux populations la terreur, le désarroi, la méfiance et occasionné la destruction et la fermeture d’infrastructures publiques et privées et des déplacements massifs de populations.

En terme de déplacement de populations, le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR) dénombre à la date de 31 décembre 2020 au moins 1 074 992 de personnes déplacées internes au Burkina Faso. La région du Sahel enregistre 352 402 de déplacées internes, se positionnant ainsi deuxième après la région voisine du Centre-Nord.

JPEG - 89.8 ko
Les leaders communautaires et religieux issus des populations hôtes et déplacées présents à l’atelier

Ces déplacements massifs ont engendré une crise humanitaire sans précédent avec des conséquences sociales. Ces déplacements vers les zones d’accueil ont occasionné des pressions sur les ressources disponibles exploitées par la population hôte. Des tensions autour de cette exploitation ou la gestion de ces ressources entre populations sont récurrentes.

Pour prévenir d’éventuels conflits ouverts entre les populations hôtes et déplacées, il convient, selon François Paul Ramdé, coordonnateur de l’UFC-Dori, de créer des conditions à même de faciliter l’intégration des déplacées. C’est dans cette optique que l’UFC-Dori, dans le cadre de son projet « Agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au Sahel /phase 2 », a réuni à la faveur d’un atelier les leaders communautaires et religieux issus de ces populations hôtes et déplacées.

Le but de la rencontre, selon le coordonnateur de l’UFC-Dori, est de permettre un frottement entre ces entités dans le sens de promouvoir les bonnes pratiques en terme de vivre ensemble. De ce fait, un panel s’est tenu, assuré par le grand imam et l’évêque de Dori et modéré par le directeur régional en charge de l’Action humanitaire de la région du Sahel. Le thème abordé était : « Renforcer nos liens de solidarité et de fraternité pour mieux construire le vivre-ensemble dans un contexte d’insécurité et de déplacements massifs de populations du Sahel ».

JPEG - 66.7 ko
Colonel-major Salfo Kaboré, gouverneur de la région du Sahel et président de la séance.

Ce panel qui se veut participatif est suivi d’échanges et de travaux de groupes autour du sous thème : « Que puis-je faire en tant que leader pour améliorer le vivre-ensemble dans mon milieu de vie ? » Les idées pertinentes issues des travaux de groupes ont été capitalisées en plénière par les participants en vue d’un plan d’action. Toute chose qui permet à François Paul Ramdé, coordonnateur de l’UFC-Dori, d’affirmer que la rencontre est un tremplin pour les leaders religieux de sensibiliser et de mobiliser ces populations hôtes et déplacées pour une coopération réussie, favorable à la coexistence pacifique, dépoussiérée des préjugés et de la stigmatisation.

De l’avis du colonel-major Salfo Kaboré, gouverneur de la région du Sahel et président de la séance, après avoir félicité les responsables de l’UFC-Dori qui ont organisé la rencontre, a indiqué qu’au terme de cette rencontre les trois entités que sont les personnes déplacées, les familles d’accueil et aussi les populations hôtes pourront réagir en une voix commune pour une coexistence pacifique au Sahel.

Quant à l’évêque de Dori, Mgr Laurent Birfuoré Dabiré, par ailleurs communicateur, il a imploré Dieu pour qu’il mette sa main sur ce que les Hommes font. Et ce que les humains ne pourront pas faire, que sa grâce puisse venir en secours. Il a demandé à chacun de puiser dans le meilleur de son humanité les éléments de contribution afin de semer la graine de cohésion et de vivre-ensemble au Sahel.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori / Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dori
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter